Blog

Kweker in de kijker - Noël Vandecasteele - Eleveur à la une

Kweker in de kijker - Noël Vandecasteele - Eleveur à la une

De familie Vandecasteele en het West-Vlaams Rood: ze delen een lange geschiedenis. Noël vertelt: “Alles begon met Monie, een koe die mijn grootvader net na de eerste Wereldoorlog kocht in Cassel, juist over de grens. Door de oorlog waren er nog maar weinig koeien, en veel honger.”

Vandaag leven Monie en Noëls grootvader al lang niet meer, maar ze vormden de basis van hun familieboerderij. “De 50 dieren die ik hier houd, zijn rechtstreekse afstammelingen van Monie. We kweken verder in hun traditie.” Het was Noël die de Dierendoncks overtuigde van de schoonheid van het ras. “Raymond Dierendonck heeft een paar dieren van me gekocht, en dan zelf opgekweekt,” vertelt hij. “Ze hebben speciaal vlees. Het vet zit er mooi rond, wat heel goed is voor de rijping.”

Streek
Het West-Vlaams Rood is een erkend streekproduct. “De beroemde ‘vette weiden’ hier in de streek zijn de komgronden bij Diksmuide,” vertelt Noël. “De bodem is er rijk. Lokale boeren weten al heel lang dat je er Rode Runderen op moest zetten. Andere dieren komen gewoon niet zo veel bij van dat malse gras.”
Noëls dieren hebben een goed leven. “Na de winter staan onze koeien zeven maanden per jaar op de wei,” vertelt hij Noël. “Dan hebben ze drie maanden nodig om 100 à 150 kilo bij te komen. In de winter vullen we hun grasdieet aan met een mix van maïs, tarwe, hooi en rogge. Dat kweken we allemaal hier op de boerderij.”
Hij herkent ze allemaal, zijn runderen. “Ik weet precies van elke koe wie de moeder en de vader is. Ik zou me niet kunnen vergissen. Mijn kleinzoon ook niet, trouwens. Elke week fiets ik een paar keer naar de wei, zodat ze me kunnen zien en horen.”

Trots
Of hij nooit heeft getwijfeld om zijn Rode Runderen in te ruilen voor melkkoeien of witblauwe kweekkoeien? “Nooit,” zegt Noël beslist. “Misschien speelt de familietrots mee. De smaak van onze koeien vind ik ook gewoon beter. Ik kweek wat ik zelf wil eten. Toen andere boeren begonnen met hormonen, heb ik ook gepast. We zijn beginnen boeren omdat we het graag doen. Waarom zouden we dat veranderen voor een paar euro meer?”
Precies volgens de bepalingen van een echt streekproduct, zijn de koeien van Noël 5 à 6 jaren oud en hebben ze gemiddeld 3 drachten. Dit is ons ultieme terroir-rund van eigen kweek, vlees dat ons herinnert aan vroeger.

Dit erkend streekproduct proeven? Bestel het hier in onze webshop!


La famille Vandecasteele et la Rouge des Flandres : une grande histoire d’amour ! « Tout commença avec Monie, raconte Noël, une vache que mon grand-père acheta juste après la première guerre mondiale, à Cassel à côté de la frontière. » Suite à la guerre, il y avait peu de vaches et la famine était là.

Aujourd’hui Monie et le grand-père de Noël ne sont plus là mais ce sont eux les bases de notre ferme familiale. « Les 50 vaches que j’élève ici sont les descendants directs de Monie. Nous les élevons encore toujours de la même façon. » Noël a su persuader les Dierendonck de la beauté de la race. « Raymond Dierendonck m’a acheté quelques bêtes et ensuite les a élevées » dit-il. «Ces vaches ont une structure particulière. La couche de graisse enrobe bien la viande, ce qui est idéal pour la maturation. »

La région
La rouge des Flandres est un produit régional reconnu. « Les pâturages gras réputés de la région se situent près des bassins de Diksmuide » raconte Noël. « Le sol y est riche. Les fermiers locaux savaient depuis longtemps qu’il fallait y élever la Rouge des Flandres. D’autres races ne s’y feraient pas à une herbe si tendre. »
Les animaux de Noël sont choyés. Après l’hiver, nos vaches vivent 7 mois dans la prairie. Ensuite, elles ont 3 mois pour prendre 100 à 150 kg. En hiver, nous le donnons un mélange de maïs, de blé, de foin et de seigle en complément. Ces céréales sont toutes cultivées ici.
 
Noël les reconnait tous ses animaux. « De chaque vache, je sais qui est le père et la mère. Je ne pourrai pas me tromper, mon petit-fils non plus d’ailleurs ! Chaque semaine, j’enfourche mon vélo et je roule jusqu’à leur prairie, afin qu’ells me voient et m’entendent. »

Fierté
A la question : “N’as-tu jamais hésité à remplacer tes rouges des Flandres par des vaches à lait ou des Blanc-bleu ? » La réponse de Noël est NON ! « Peut-être que la fierté familiale y est pour quelque chose mais je trouve que le goût de viande de mes vaches est tout simplement meilleur. J’élève ce que j’aimerai moi-même manger. Quand d’autres fermiers ont commencé à donner des hormones à leurs bêtes, moi j’ai évincé. Nous sommes fermiers car nous aimons notre métier. Pourquoi changer pour quelques euros de plus ? »
Les bêtes de Noël sont un vrai produit du terroir. Elles ont entre 5 et 6 ans et ont en moyenne eu 3 portées. C’est le dernier bœuf de terroir, de notre propre élevage qui donne une viande où l’on retrouve le goût d’antan.

Goûtez ce produit régional reconnu? Commandez-le en ligne!